« Pourquoi mépriser les prostituées ?

 

Ce sont des femmes qui gagnent à être connues. »

 

 

        L’aquarelliste et dessinateur français Paul Gavarni n’aurait pas pu mieux dire. Depuis son apparition, il y a en environ 5000 ans en Mésopotamie, la prostitution a toujours connu une place particulière dans la société. Née de l’argent et du désir des hommes, la prostitution semble étroitement liée à notre histoire. Certains considèrent même, bien que cela soit controversé, qu'elle reflète les frustrations  sociétales des différentes époques dans lesquelles elle se développe. Ainsi, il irait de soi que la prostitution fasse partie intégrante de la communauté, pourtant, c’est loin d’être le cas.

 

Bien qu’elle ait le plus souvent été tolérée au fil des siècles, elle n’a jamais été entièrement acceptée ni réglementée. Aujourd’hui même, dans un contexte où on observe une certaine libération des moeurs, elle reste taboue. En effet, on note un certain malaise  à propos du sujet car la prostitution reste méconnue et généralement mal considérée. Lors du XIXe et du fameux âge d'or des maisons closes, l'art et la littérature se sont particulièrement tournés vers la prostitution. Ce parallèle est intéressant car on peut ainsi distinguer l’art comme étant une certaine traduction de la réalité. Il permet de briser les tabous et de reconnaître la place des prostituées dans la communauté.

 

D’autre part, la prostitution est un sujet qui fait débat. Certains groupes, notamment religieux et féministes, souhaiteraient la prohibition totale de la prostitution. D’autres voudraient sanctionner les clients et les proxénètes, d'autres encore, aimeraient la réouverture des maisons de tolérance. La réglementation change mais le problème demeure. Plusieurs tentatives ont pourtant eu lieu depuis le XIXe siècle pour réglementer l’offre et la demande mais sans succès. De nos jours, il y a un nouveau point important à soulever. Si la question de la tolérance ou non de la prostitution dans notre société est une chose, l'exploitation économique des femmes au travers du proxénétisme et des réseaux mondiaux en est une autre. N’accordant aucune importance aux droits de l’homme, ce trafic  est considéré comme un fléau pour notre société. Ainsi, cete constation serait un juste argument en faveur de l'interdiction de la  prostitution mais cependant elle peut s’avérer nécessaire dans certains cas. L’assistance sexuelle pour les personnes handicapées, qui relève de ce que l'on qualifie de prostitution puisqu’il s’agit d’un acte sexuel contre une rémunération financière, en est un bon exemple. Malgré de récents projets de lois, la législation française reste relativement vague sur le sujet de la prostitution et celle-ci revient régulièrement au cœur des débats médiatiques et des conflits d’intérêts.

 

On peut ainsi constater à quel point le sujet est riche et particulièrement vaste. La prostitution est un  élément clé de notre société. Depuis le XIXe siècle, elle est présente dans notre quotidien par ses diverses représentations, notamment dans la littérature mais aussi par ses liens avec le reste de la communauté. Pourtant son acceptation connaît des limites. Ainsi, nous nous sommes interrogés : selon ces critères, comment se définit la place de la prostitution actuelle ?

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site